Patrimoine culturel

La fontaine, place des Augustins, en mémoire des alliés américains

Fontaine de la place des AugustinsLa fontaine a été érigée à la mémoire de Robert Bacon, ambassadeur des États-Unis en France (1909-1912) et dans l’armée américaine de 1917 à 1919.

Elle a été construite à l’initiative de M. et Mme Prince de Boston et est l’œuvre de l’architecte Alexandre Marcel. Il s’est inspiré de la fontaine des quatre dauphins à Aix en Provence. Elle a été inaugurée le dimanche 6 décembre 1925. L’écoulement du bassin supérieur prend la forme de 3 canons.

Robert Bacon est né à Boston le 5 juillet 1860. Diplômé de l’Université d’Harvard, il devient cadre de la banque J-P Morgan. Député puis secrétaire d’État en 1909, il est ami avec le président Théodore Roosevelt.

Après sa carrière de diplomate, il veut soutenir la France dès 1914. Il travaille pour l’American Ambulance et soutient la création de l’Hôpital Américain à Paris. Témoins des combats sur le front à Festubert, il sert dans les rangs de l’armée. Aide de camp du général Pershing, il devient major puis lieutenant colonel. Chef de la mission militaire américaine au quartier général britannique, il remplit la mission d’officier de liaison, à proximité de La Bassée. Il décède le 29 mai 1919 à New-York, des suites d’une longue maladie contractée sur le front.

L’Hôtel de Ville, symbole du renouveau basséen

Hôtel de VilleŒuvre des architectes Léon Debatte et Gaston Brodelle, l’Hôtel de Ville a été inauguré le 7 août 1927.

De style Renaissance, il symbolise le retour à la vie de la commune entièrement détruite durant la Première Guerre mondiale.

Pour contribuer au financement, la ville de Tours devient la marraine de la commune. Une légende tenace veut d’ailleurs que ce soit une copie de l’Hôtel de Ville de Tours. C’est un bâtiment élégant, fait de briques et de pierres, surmonté d’un belvédère et du lion des Flandres perché à 30 mètres, qui fait partie intégrante du patrimoine culturel de La Bassée.

Le monument Boilly en hommage à l’artiste

Louis-Léopold Boilly est un artiste-peintre né en 1761 à La Bassée dont on retrouve les œuvres dans les plus grands musées du monde : le musée du Louvre à Paris, le musée de l’Ermitage à Saint-Petersbourg, le Metropolitan Museum of Art à New York, le musée Paul Getty à Los Angeles pour ne citer que les principaux. Une rue de Paris où se trouve le musée Marmottant-Monet porte son nom.

Monument BoillyLa ville de La Bassée lui a rendu hommage en édifiant une œuvre dans l’escalier d’honneur de l’Hôtel de Ville. Suivant les plans de Léon Debatte, le sculpteur Maurice Ringot est chargé de l’exécution du monument qui « donnera satisfaction à tous ». Le peintre est représenté assis sur la balustrade de l’escalier tenant sa palette, observant pour modèles une jeune femme et une petite fille en tenue « Premier Empire ».

Le monument Boilly fait partie intégrante de l’Hôtel de Ville. Il contribue à son ornementation intérieure de manière surprenante, en donnant une dimension supérieure au cadre de l’escalier d’honneur, préambule aux différents salons.

L’Église Saint-Vaast, lieu de culte d’architecture moderne

Église Saint-VaastL’Église Saint-Vaast a subi de nombreuses destructions dûes aux incendies et aux guerres depuis sa construction au Moyen-Âge.

La grande église néogothique, détruite lors de la Première Guerre mondiale, a été reconstruite avec les premiers procédés de béton moulé vers 1920. Ceux-ci ne résistèrent pas au temps et en 2003, elle fût entièrement démolie (hormis le clocher).

L’Église Saint-Vaast a été remplacée en 2006 par un lieu de culte d’architecture moderne mêlant verre et béton armé. Elle laisse ainsi plus de place à la lumière tout en disposant d’aménagements modernes.